L’art et la manière du chasseur immobilier

L’art et la manière du chasseur immobilier

Le chasseur immobilier serait-il en train de s’imposer – doucement, mais sûrement – sur un marché traditionnellement acquis par les agences ? Les Français, en tout état de cause, plébiscitent les services de cet agent immobilier pas comme les autres : parce que dans un marché urbain saturé où il est de plus en plus difficile de trouver un bien à son goût, le chasseur fait souffler un vent de fraîcheur. Voici une présentation en trois caractéristiques essentielles, qui rend le chasseur immobilier si particulier.

1. Le chasseur immobilier est au service de l’acheteur

Le propre du chasseur immobilier est de se mettre au service de l’acheteur. Son objectif unique vise donc à trouver le bien idéal en fonction des critères de son client, sans avoir à le satisfaire, dans le même temps, un propriétaire qui compte sur lui pour vendre son appartement ou sa maison au plus haut prix !

Contrairement à l’agent immobilier, qui, par définition, est juge et partie dans le cadre d’une transaction immobilière, le chasseur n’a aucune obligation à l’égard des vendeurs. Lui ne s’occupe que de l’acheteur.

Il est essentiel de bien comprendre ce point dès lors que l’on évoque ce métier : un chasseur immobilier n’a qu’un but, celui de permettre à l’acheteur qui l’a mandaté, de mettre la main sur le bien de ses rêves. Il n’est pas limité par un portefeuille de logements pour lesquels il doit justifier d’un mandat de vente ; il n’est pas non plus écrasé par la pression des propriétaires qui veulent conclure une transaction au prix qui leur convient. S’il estime qu’un prix d’achat est trop élevé, il en informe son client ; si un appartement ne plaît pas, il passe au suivant.

2. Le chasseur rend le marché immobilier plus lisible

La spécificité du marché immobilier français vient du fait qu’il est volontiers cloisonné et éclaté. Pour être plus clair : les biens mis en vente ne sont pas centralisés et partagés entre les différents professionnels du secteur, mais proposés exclusivement par telle ou telle agence. Les produits sont intégrés à un portefeuille jalousement gardé. Un acquéreur désireux de trouver son bonheur doit, en conséquence, démultiplier les canaux de recherche entre agences, professionnels indépendants et sites web dédiés.

Dans ce contexte, le chasseur immobilier tend à rendre le marché plus lisible. Pour ce faire, il puise dans tous les outils possibles : moyens humains (il possède son propre réseau d’informateurs, qui va du collègue agent immobilier jusqu’aux particuliers désireux de mettre en vente leur bien) et technologiques (veille pointue sur Internet via des solutions logicielles spécifiques). De sorte que le chasseur se démarque par sa grande réactivité : il scanne les biens mis en vente à partir des critères voulus par son client et englobe 100 % du marché.

En centralisant les offres disponibles chez les différents professionnels, le chasseur immobilier permet à l’acheteur de chercher un bien parmi une plus vaste sélection, tout en ne s’adressant qu’à un interlocuteur unique. Dans une grande ville comme Paris, touchée par la pénurie des logements, c’est un atout indispensable.

3. L’art et la manière du chasseur résident dans son expertise

Ces deux caractéristiques – être au service exclusif de l’acheteur et proposer un portefeuille centralisé des offres – confèrent au chasseur immobilier, cette qualité qui fait toute la différence : son expertise. Celle-ci se décline en trois points :

  • La qualité de l’offre. En ayant accès à une grande partie des biens disponibles, le chasseur immobilier est à même de proposer à son client ce qu’il y a de mieux. Son talent s’exprime essentiellement lorsqu’il s’agit de dénicher des biens rares et d’exception, qui traditionnellement partent trop vite et ne sont même pas officiellement mis en vente dans les agences.
  • L’art de la négociation. Un acquéreur ne connaît pas nécessairement le marché sur lequel il ambitionne d’acheter un bien ; mais le chasseur, oui. Libéré des contraintes du mandat de vente, il peut sélectionner les biens à proposer en toute indépendance et se placer en position de force quand il s’agit de négocier un prix plus intéressant.
  • Les vertus de l’accompagnement. L’expertise d’un chasseur immobilier va bien au-delà du seul bien : il est également en mesure d’informer son acheteur sur les qualités du quartier, les commodités aux alentours, les écoles, les établissements de santé ; il peut donner son avis sur le montant des charges de copropriété, ou attirer l’attention de son client sur les frais de rénovation qu’il lui faudrait potentiellement engager dans l’avenir. Enfin, il a pour mission d’accompagner l’acheteur jusqu’au bout, depuis les critères de recherche jusqu’au déménagement, en passant par d’éventuels travaux d’aménagement.

Investir dans un bien n’est jamais un geste anodin. C’est une opération qui demande du temps et une connaissance pointue du marché local. Faire appel à un chasseur immobilier, permet de s’assurer un maximum de contrôle sur cette démarche – et un maximum de chances de trouver l’appartement ou la maison de ses rêves.

Noter cet article

Laisser un commentaire