2016, l’année de l’investissement immobilier ?

2016, l’année de l’investissement immobilier ?

Et s’il était temps de réaliser vos projets d’investissement dans la pierre ? Entre les taux d’intérêt du crédit immobilier plus bas que jamais et les coups de pouce gouvernementaux reconduits voire renforcés, il fait bon mettre son argent dans un placement patrimonial qui a le mérite de ne jamais (ou presque) perdre en valeur. Voici 3 raisons pour lesquelles 2016 est décidément une bonne année pour investir dans l’immobilier !

Parce que les taux de crédit immobilier sont au plus bas

Les oiseaux de mauvaise augure n’ont cessé de répéter que les taux de prêt immobilier allaient remonter, après chaque bilan mensuel. Et pourtant, de fil en aiguille, les taux ont continué à reculer, reculer, reculer – favorisés par la bonne tenue financière des banques, par la concurrence des établissements de crédit immobilier et par la bonne politique de la Banque centrale européenne.

De fait, les taux ont été divisés par trois (en moyenne) entre 2012 et aujourd’hui. Actuellement, pour de bons dossiers, il est possible de contracter un prêt Vousfinancer à :

  • 1,1 % sur 10 ans ;
  • 1,4 % sur 15 ans ;
  • 1,6 % sur 20 ans ;
  • 1,9 % sur 25 ans.

Pour des dossiers considérés comme excellents, un crédit immobilier peut s’obtenir respectivement à 0,8 %, 1 %, 1,2 % et 1,4 % ! Soit des taux tellement avantageux que les emprunteurs ayant obtenu un prêt en janvier dernier peuvent d’ores et déjà tenter de renégocier leur crédit immobilier, dans la mesure où la différence sur chaque durée de remboursement est de quasiment 1 point !

Pourquoi en 2016 ? Les oiseaux de mauvaise augure ont eu tort jusque là, mais ils ne se tromperont pas éternellement. On entend dire désormais que les taux vont remonter à partir de début 2017, mettant un terme au prêt immobilier facile. C’est à voir. Mais vous ne voudriez pas prendre ce risque, n’est-ce pas ?

Parce que les aides donnent un vrai coup de pouce

On a parfois la sensation que les gouvernements successifs mettent en place des aides et des avantages fiscaux pour la galerie (et c’est quelquefois vrai), mais le moins que l’on puisse dire, c’est que dans le domaine de l’immobilier, les coups de pouce de l’État peuvent vraiment s’avérer déterminants.

D’un côté, il y a le prêt à taux zéro. Réservé aux primo-accédants, il permet de financer jusqu’à 40 % du crédit immobilier à un taux d’intérêt égal à … zéro. Si l’on y ajoute les taux très bas actuellement en vigueur, il est possible d’obtenir un prêt immobilier extrêmement avantageux, d’acheter un bien plus intéressant et/ou de réduire considérablement ses mensualités.

D’un autre côté, il y a le dispositif Pinel qui offre une réduction fiscale pour l’achat d’un logement neuf et sa mise en location dans l’une des zones à forte tension locative en France, avec des loyers plafonnés. Une solution idéale pour la constitution d’un patrimoine qui, outre les traditionnels investisseurs, est parvenue à séduire les particuliers.

Pourquoi en 2016 ? Le prolongement de ces deux aides par le gouvernement actuel pourrait potentiellement être reconsidéré en cas de changement de majorité en mai 2017. Ou leur assiette pourrait se voir raboter. Bref, il est sans doute plus prudent de s’y mettre dès que possible.

Parce que c’est le meilleur placement actuel

L’autre argument en faveur de l’immobilier en 2016, c’est qu’il s’agit sans doute du meilleur placement aujourd’hui, à la fois en termes de rentabilité et de sécurité. Bien sûr, il est toujours possible de gagner plus en jouant en bourse, mais un investissement dans la pierre est tangible et réel, et représente bien moins de risques – sans compter le fait que vous vous construisez ainsi un patrimoine.

À bien y regarder, on constate que la grande majorité des placements « classiques » ne rapporte plus rien, ou presque. Le livret A est parvenu à sauver de justesse ses 0,75 %, contre les recommandations de la Banque de France ; le Plan épargne logement végète autour de 1 % ; et même l’assurance-vie, un placement particulièrement prisé des Français, ne décolle plus (entre 1,5 % et 1,7 % bruts pour un placement sécurisé).

Dans ces conditions, investir dans la pierre, même en contractant un crédit immobilier, s’avère plus rentable. Dans le cadre d’un investissement locatif, par exemple, vous avez l’assurance de rembourser votre prêt en percevant les loyers ; et même, en choisissant bien votre ville (voir ici les communes les plus rentables en 2016), de réussir une plus-value à la revente !

Pourquoi en 2016 ? Impossible de garantir qu’un gouvernement ou un autre ne viendra pas, bientôt, fourrer son nez dans les affaires des investisseurs immobiliers. Il suffirait qu’un ministre des Finances constate les bons rendements de ce secteur pour décider d’ajouter une petite taxe de rien du tout, histoire d’en faire un placement moins intéressant. Dans l’incertitude, mieux vaut s’y mettre maintenant !

Noter cet article

Laisser un commentaire